Présentation du séminaire

Ce n’est un secret pour personne : la référence au numérique prend de l’importance dans la société en général et cela a des conséquences dans la recherche. Cette référence apparait soit dans les objets de recherche, soit sous forme de méthodes et d’outils, soit comme condition institutionnelle des projets. Comme jeunes chercheurs et chercheuses, nous sommes peut-être les premiers aux prises avec ces réalités, dans les méthodologies que nous adoptons, dans notre manière de poser des questions de recherche, dans les projets auxquels nous participons, en recherche et en-dehors, dans les relations que nous tissons à travers cette référence commune.

Au quotidien, rares sont les échanges entre doctorants, tant sur les enjeux et les conditions de la recherche au niveau du doctorat que sur ce qu’implique concrètement le travail de thèse. Le succès du séminaire « Aspects concrets de la thèse » à l’EHESS est un bon indicateur de cet intérêt pour le partage d’expériences. A un premier niveau, prendre la thématique du numérique comme point de départ nous donne l’occasion de nous poser des questions sur nos pratiques de recherche de manière un peu plus focalisée. Elle nous incite aussi à discuter entre disciplines, non pas pour ériger les valeurs de l’interdisciplinarité à tout prix, mais parce que ces conditions permettent de prendre du recul sur les choix que nous faisons dans notre quotidien de chercheur.e.s et les traditions dont nous héritons au sein de chaque discipline.

Avec ce séminaire, il s’agit d’ouvrir un espace de discussion sur la manière de travailler, de construire des corpus, des problématiques et des démarches de recherche, des collaborations, de comprendre notre position de jeune chercheur.e à l’université et en dehors. Nous n’avons pas souhaité porter avec nous une définition a priori de ce que serait le numérique, les méthodes numériques, son actualité ou les transformations qui lui correspondraient. Nous proposons plutôt de mettre en commun la façon dont chacun rencontre ces questions et se trouve amené à définir des enjeux, des mots ou des méthodes.

Il s’agit donc de se poser ensemble une série de questions : comment des outils numériques sont-ils mobilisés par les doctorants et doctorantes, que ce soit comme objet central de la recherche, comme moyen de constitution de corpus ou de récolte de données, voire comme outils de rédaction, de mise en forme et de recherche bibliographique ? Comment agissent-ils sur les manières de poser les problèmes et de les traiter ? Quelles solidarités et quelles tensions se construisent entre ces outils et médias, les traditions méthodologiques, la constitution des terrains ou corpus, et la relation dans le travail de recherche (directeurs de recherche, informateurs, commanditaires, etc.) ? Comment transforment-ils (ou pas, c’est important de le prendre en compte) le quotidien de la recherche doctorale et les liens entre les jeunes chercheurs et ceux qui sont impliqués dans leur projet (dans les laboratoires, sur les terrains, ou chez soi) ?

Nous avons ainsi dégagé trois axes, à titre indicatif, à interpréter et à s’approprier librement :

  1. Les matériaux de la recherche. Comment le numérique affecte ce que nous entendons les uns les autres par « matériaux » de la recherche ? Collecte de données, construction et traitement de corpus de différents types selon les pratiques d’enquête dans différentes disciplines, opérations effectuées sur les collectes et observations, traitements et publication des données de la recherche…
  2. Les sociabilités et interdépendances. Avec qui travaillons-nous, de quoi et de qui dépendons-nous pour travailler en contexte numérique ? Dans nos pratiques individuelles, nos interactions avec des chercheurs, des ingénieurs, des amis (les «tuyaux »), avec les personnes rencontrées sur les terrains de la recherche ou dans le cadre des projets financés, les états et affects associés, les difficultés techniques, économiques ou au contraire, les sentiments d’aisance et les dynamiques ressenties, etc.
  3. Les pratiques de travail quotidiennes. Comment s’organisent nos recherches en fonction des outils, médias et environnements liés au numérique ? Par les pratiques d’organisation, les gestes tel que le classement, les lieux pratiqués, les rapports aux terrains et aux institutions, etc.

Le séminaire est ouvert en priorité à tous les doctorants de Sorbonne Université, quelle que soit leur discipline.  Il aura lieu tous les premiers jeudis du mois jusqu’en juin 2018.

Ce séminaire est avant tout un espace de discussion libre et ouvert, entre doctorants, autour des enjeux de recherche divers qui nous traversent, au fil de nos rencontres, de nos avancées, de nos problèmes, de nos objectifs à court et long terme, de nos corpus et de tous les hasards qui jalonnent un parcours de thèse. La référence au numérique nous a semblé pertinente dans ce qu’elle semble tisser de nombreux liens entre les chercheur.e.s, les recherches, les disciplines, les méthodologies, les corpus, les outils etc. N’hésitez pas à nous écrire pour nous proposer des interventions !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.