Séminaire Transnum #3 : Approcher les discours et les communautés en ligne

Les terrains de recherche numériques peuvent s’avérer être de véritables casse-têtes méthodologiques. Les objets de recherche liés aux « communautés en ligne », en particulier, posent des défis spécifiques, liés au découpage des terrains, à la qualification des relations étudiées (situations d’énonciation, discours, interactions, groupes sociaux ?), à l’implication du chercheur, etc. Pour la troisième séance du séminaire, nous avons donc choisi d’aborder les défis méthodologiques face à de tels objets, ainsi que les pratiques d’enquête et les stratégies de constitution de corpus, à travers deux regards inscrits respectivement en sciences de l’information et de la communication et en sociologie.

***

YouTube comme terrain de recherche : enjeux, corpus et démarche exploratoire

Marine Siguier est doctorante en deuxième année au CELSA et travaille sur les représentations de la figure du lecteur en régime audiovisuel (panorama depuis les toutes premières émissions littéraires jusqu’à YouTube aujourd’hui). Son terrain de recherche se focalise actuellement sur YouTube, et plus particulièrement sur les « booktubers », ce qui a fait émergé trois soucis d’ordre méthodologique.

Un premier problème tient au danger de naturalisation du dispositif analysé, avec un écueil principal qui tiendrait à présenter YouTube comme un ensemble de pratiques de médiation culturelle totalement novatrices. Afin de prendre au sérieux le dispositif sociotechnique, une généalogie de la culturelle audiovisuelle et la prise en compte du « déjà-là audiovisuel » (Thierry Devars) permet de rendre compte des pratiques circulantes comme le « book trailer », une forme médiatique pensée pour YouTube, marquée d’un imaginaire de ce que serait la culture web, mais qui dénote aussi d’un imaginaire familier entre la bande annonce de cinéma et le vidéo clip.

Un deuxième souci, en partie la conséquence de la phase encore exploiratoire de la recherche docotrale présentée ici, provient de la profusion d’un (pré-)corpus. Le dispositif n’étant pas un réseau spécifiquement littéraire, n’ayant pas de thématique « littérature », il s’agit de comprendre comment se repérer quand il n’est pas possible d’utiliser les catégories du dispositif comme catégories d’analyse. C’est alors une nécessaire déconstruction des discours de spécificité qui semble s’imposer, en s’intéressant notamment aux multiples formats (chaines YT de maisons d’éditions, de librairie, d’écrivains…) afin d’esquisser une cartographie permettant de saisir une typologie des manifestations de la littérature sur une plateforme où rien ne fait signe vers le contenu littéraire. La question donc peut se résumer en ces termes : où se situer dans un objet où rien n’indique la littérature ? Afin de répondre à ces interrogations, Marine Siguier travaille en collaboration avec l’INA, à partir de leurs méthodes d’extraction de données.

Enfin, le troisième champ de questionnement méthodologique concerne l’investigation d’une communauté « auto-désignée ». Étudier les booktubers conduit à interroger comment penser une communauté d’usage hors du discours qu’elle produit ? Les enjeux de définition sont important et les « booktubers » n’existent que pour ceux qui veulent en être. Il est possible de les définir comme une catégorie qui émerge par une convergence des usages : un usage particulier et littéraire de YouTube qui permettrait de faire communauté. Par ailleurs, s’intéresser aux usages vernaculaires doit être mis en regard du premier écueil évoqué : celui de la naturalisation. De fait, le terme même de communauté – présent dans les discours analysés – doit être manié avec précaution puisqu’il véhicule déjà une certaine vision naturalisante dont le principal danger serait d’analyser « le booktubbe vu par les booktubbeurs ».

***

Pleurer la bouche pleine de données : problèmes méthodologiques dans l’articulation des données numériques d’une controverse sociotechnique

Paul Guille-Escuret est doctorant en sociologie et effectue sa thèse en co-direction entre l’université d’Aix-Marseille et celle de Paris IV. Son travail porte sur les communautés anti-vaccins, avec une perspective axée sur la controverse sociotechnique et ses problèmes méthodologiques. Il croise ainsi 3 sociologies : la sociologie des sciences, sociologie des valeurs et la sociologie des mouvements sociaux.

Dans la lignée de travaux de référence sur les « anti vaccins », Paul souligne que l’ensemble des critiques sont regroupées sous le label anti-vaccin quel que soit leur degré de radicalité. Les questions liminaires sont donc de savoir ce qu’on peut faire dans cette catégorie ? Quel degré d’investissement dans les questions vaccinales ? Exclusivité de l’intérêt pour ces sujets là ? Si non, à quel pourcentage jauger l’engagement pour les questions vaccinales ? S’agit-il de critique de la vaccination ou de certains vaccins?

Afin d’investir cette problématique générale, Paul Guille-Escuret s’est attaché à construire un corpus numérique dont les données sont principalement issues des plateformes Facebook et Twitter, sa recherche financée par l’INSERM prenant place dans un projet collectif et tirant partie de recueil de données issues de Twitter obtenues via une collaboration avec le MediaLab.

En s’intéressant tout particulièrement aux situations de confrontation, il s’agit de mener une ethnologie en ligne (réseaux de citation, réseaux de like…) et hors ligne (évènements, conférence de presse, mobilisations, réunions informelles…) de ces communautés disparates en dépit du même terme « anti-vaccin ». Trois points ont été abordés.

Tout d’abord, comme lors de la première intervention de cette troisième séance, des problèmes de sélection face à de un terrain social vaste ont été soulevés. Il est possible d’illustrer ce problème méthodologique par la métaphore du petit poucet pris dans une irruption volcanique. Depuis les débuts de cette thèse en 2016, l’interrogation du doctorant s’est déplace de « qui s’empare de la question des vaccins sur internet ? » à « qui n’en a pas parlé ? ».

Ensuite, la question de la distinction privée/publique s’est révélée particulièrement saillante au fil des investigations du doctorant au sein des multiples « arènes » de la controverse. Le terme d’ « arène » est ici un emprunt à la sociologie des controverses sociotechniques, afin de qualifier un certain type de lieu d’interaction sociale. L’ethnographie sur Facebook donne à s’interroger sur la place que doit se ménager un sociologue dans son terrain : où peut-on mettre les pieds ? Par exemple, sur Facebook, il existe des groupes publics (où il est possible de traiter les données produites via des logiciels de traitement de données préconisés par la plateforme) mais aussi des groupes privés (où de telles méthodes ne sont pas autorisées par la plateforme). Il existe aussi des groupes secrets et donc invisibles. Cette multiplicité des espaces qualifiés de publics/privés/secrets conduit à se poser des questions d’éthique de recherche : faut-il s’interdire l’accès aux informations qu’on trouve sur les espaces qualifiés de privés sur Facebook ?

Enfin, il est nécessaire pour la thèse de se positionner et de se situer face à l’abondance des données et absence de variables explicatives en ligne. La difficulté à constituer un corpus cohérent vient du fait que se télescopent des interactions en ligne et des interactions hors-ligne. La recherche doit composer avec la façon dont les personnes choisissent de construire des continuités ou des discontinuités entre ces deux types d’interactions. Certaines donnent leur nom, d’autres optent pour un pseudonyme pour s’efforcer de sortir du témoignage personnel ou éviter des pré-jugements liés à leur identité sociale.

***

Les discussions ont porté sur ce qui échappe dans les médiations des données de la recherche, par exemple avec la transformation de tweets en situation en fichiers csv. et tableurs ; sur les orientations de recherche impliqués par la controverse sociale comme objet de recherche et par les méthodes d’analyse des mouvements sociaux ; sur l’ambiguïté de la notion de communauté, entre promesse inscrite dans les imaginaires du web et terme utilisé dans la délimitation des terrains de la recherche ; et sur les façons de relativiser ce prisme, par les entretiens hors-ligne, la prise en compte des trajectoires sociales à l’échelle individuelles, l’identification de logiques promotionnelles marchandes (YouTube) et celle des stratégies d’action dans l’espace public (les mouvements de citoyens sur les sujets de santé publique).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *