Séminaire Transnum #1 : Les heures et les ères du numérique

Pour la première séance du séminaire, consacrée au thème « Les heures et les ères du numérique », nous avons invité deux doctorants dont les recherches portent une certaine définition e de ce qu’on appelle la « méthode numérique ». Ces deux doctorants travaillent sur des périodes historiques au premier abord éloignées, mais prennent tous les deux en compte l’effet d’actualité de la thématique « numérique ».

***

Usages de l’archéologie du savoir dans l’étude historique de la médecine numérique 

Mathieu Corteel, doctorant en philosophie, propose en effet une archéologie (au sens de Michel Foucault) de l’essor de la « méthode numérique » en médecine au XIXe siècle, quand ceux que l’on appelle alors les « numériciens » s’efforcent de promouvoir l’intégration des probabilités dans les diagnostics médicaux. Il s’agit pour lui de comprendre « d’où l’on sort », dans l’idée de « poser un diagnostic du présent à partir du passé ». Son orientation de recherche vers la méthode numérique en médecine est apparue après un premier intérêt pour le big data, quand il lui a fallu apprendre certaines méthodes mathématiques (comme la méthode baylesienne, qui concerne les probabilités statistiques). Il s’est aperçu que celles-ci trouvaient leur origine des discussions médicales houleuses au cours du XIXe siècle, et a découvert l’existence d’archives liées à la Société médicale d’observation. Ces archives permettaient d’observer les débats sur une nouvelle manière de « dire vrai » dans la médecine, une médecine dont la scientificité s’évaluerait à partir de ses résultats et de ce que disent les statistiques. On conteste à l’époque cette perspective : « il est impossible que du probable on puisse tirer du nécessaire ». « L’expérience immédiate » du praticien est la norme et l’on s’inquiète que le médecin ne devienne un instrument de mesure. C’est donc le combat entre le hasard, sous la forme des probabilités, et l’idée ancrée d’un déterminisme physiologique des maladies, qui se donne à lire dans ces archives. Une méthode numérique, qui repose avant tout sur des probabilités, se construit au fur à mesure à partir du XIXème siècle et attendra le XXe siècle pour s’imposer. Il s’agit aussi de comprendre la méthode numérique au filtre d’une histoire de la logique formelle et de la statistique. Cette méthode probabilitaire – d’abord incriminée puis instaurée en modèle dominant – souligne aussi un changement dans l’approche de la maladie.

L’importance contemporaine de la thématique numérique a donc poussé la recherche vers une perspective historique, qui a dés-ontologiser le numérique et remettre le calcul en contexte. L’intérêt pour le big data a mené à une étude de singularités, de « monstres » dans les archives historiques : celles de nouvelles théories médicales qui échouent alors à se faire reconnaître de leurs pairs.

Plusieurs questions ont suivi la présentation :

  • Comment transformer l’archéologie du savoir en méthodologie ?
  • Y-a-t-il des arguments de la part des critiques de la « méthode numérique » qui nous paraisse encore pertinents aujourd’hui ?

Mathieu Corteel souligne des enjeux qui résonnent avec la situation contemporaine : la peur du médecin de perdre sa place de législateur sur la maladie, et avec elle la prise en compte de la singularité du patient ; le fait que la statistique ne répond pas à toutes les questions et qu’elle embarque des présupposés théoriques, si bien que pour en faire quelque chose il faut savoir comment « à partir du nombre, faire autre chose que du nombre ; enfin, la substitution de la relation entre les phénomènes par les nombres à d’autres idées sur la « causalité » n’est jamais parachevée en médecine, qui ne prétend pas nécessairement au même statut  que d’autres sciences.

***

Promesses et enjeux d’une recherche numériquement équipée en sciences sociales 

Jean Edouard Bigot, doctorant en SIC, propose une réflexion sur l’instrumentation numérique de la recherche en sciences humaines et sociales, à travers ce qu’il définit comme des « logiques d’équipement numérique opérationnels du travail de la recherche », en lien avec des « dispositifs d’exploitation de données numériques ou numérisées ». Après une expérience dans l’agence d’études de la communication professionnelle Linkfluence, où il a observé des usages du logiciel GEPHI qui constitue aujourd’hui un objet concret de sa recherche, il a d’abord répondu un appel à CIFRE pour une thèse d’analyse des « enjeux épistémologiques et technologiques de l’analyse de controverses sur le web » (motivé par leur tendance à supplanter les études qualitatives), ce qui implique une position de recul qui s’avérait « intenable » pour une agence comme Linkfluence, et ce qui a donc évolué vers la thèse actuelle. Il identifie deux grands ensembles de discours sur la nécessité d’un équipement numérique de la recherche en sciences humaines et sociales, les « humanités numériques », issues de l’histoire et des études littéraires, orienté vers la numérisation de documents et les traitements automatiques de texte, avec des revendications sur la transformation des pratiques de recherches et une dimension militante affichée (logiciels non propriétaires, modèles ouverts de diffusion des connaissances), et les « méthodes numériques », qui s’intéressent aux « traces d’interaction numérique », avec une volonté d’introduire dans les sciences humaines et sociales les critères de performance d’autres sciences pour répondre plus efficacement à une demande sociale et à des enjeux contemporains. Pour Jean Edouard Bigot, il y a des effets d’affichage et il est parfois difficile de rapporter les travaux et discours « humanités numériques » à un type particulier de recherche équipée, tandis que le second ensemble correspond à des initiatives comme les travaux du Medialab de l’IEP de Paris. Sa démarche consiste à s’intéresser aux cadres épistémologiques inscrits dans les outils numériques de la recherche.

Il développe ainsi une analyse techno-sémiotique de GEPHI, un logiciel développé à partir de 2008 à l’UTC de Compiègne pour la visualisation de réseaux d’individus à partir de données disponibles sur le web, mais aujourd’hui appliqué à l’analyse de réseaux de toutes sortes : biologiques, informatiques, etc. Il repose sur des « pré-scriptions » fondés sur la « sciences des réseaux » elle-même fondée sur la théorique mathématique des graphes. Dans ce logiciel, une méthode scientifique se trouve formalisée jusqu’à devenir un programme, une routine, et impliquer de la part du chercheur un geste d’écriture procédural, qui consiste à mettre en œuvre des opérations algorithmiques semi-automatisées.

Cette analyse permet de resituer GEPHI et les transformations actuelles dans l’histoire plus longue des technologies intellectuelles dans la recherche en sciences humaines, identifiées par des philosophes et des anthropologues des techniques, de Gaston Bachelard (et sa phénoméno-technique) à Jack Goody, en passant par Latour ou Daston & Galison (qui parlent de « vertus épistémiques dans les dispositifs imageants »). Ces auteurs ont en commun de penser une constitutivité technique des pratiques de connaissance scientifique.

Il est important de comprendre comment ce type de logiciels va conduire le chercheur en sciences humaines et sociales à articuler un programme qui encapsule un certain rapport à la connaissance des objets (via la théorie des graphes), avec son propre projet d’usage, et enfin ses cadres épistémologiques comme chercheur-utilisateur.

Les discussions ont porté sur :

  • la façon dont, dans les « Humanités Numériques », on parvient ou non à dépasser les conflits théoriques, presque de principe, qui existent parfois entre deux disciplines.
  • la façon dont un outil comme GEPHI peut faire disparaître des précautions qui existent dans le travail statistique plus classique, comme le fait de marquer « attention mon test ne peut pas servir à confirmer telle thèse ».
  • l’idée que ce type de logiciel permet une sorte d’ « auto-management » de la recherche, en produisant des documents spectaculaires, rapidement, et communicables, il permet par exemple à un doctorant de se sentir soi-même « chercheur performant », en produisant des effets.

***

Les deux interventions ont fait apparaître des enjeux transversaux :

  • les efforts épistémologiques qui disparaissent ou qui méritent d’être conservés dans le passage d’une pratique située, qualitative à des routines de travail basées sur la statistique
  • la forte actualité de la thématique numérique et des méthodes, qui impliquent ici deux postures de recherche différentes dans deux disciplines : retrouver « de quoi l’on est sorti » pour que ces méthodes nous apparaissent aujourd’hui naturelles, de manière à prendre du recul sur celles-ci ; analyser de près les discours qui présentent des outils comme une réponse aux enjeux du présent et de l’avenir, mais aussi les outils eux-mêmes, de manière à connaître la conception scientifique spécifique qu’ils embarquent avec eux
  • enfin, dans les deux cas, la définition de « numérique » revenait à une prise en compte du calcul, des probabilités, et de ses usages pour produire des effets d’abord heuristiques (diagnostiquer et prédire, par exemple) et dans les champs académiques (changer les pratiques et les règles du savoir dans les disciplines), avant même de toucher à leurs effets sociaux plus larges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.