Séminaire Transnum #2 : Les savoirs techniques du doctorant : légitimité et valorisation

La seconde séance du séminaire doctoral Transnum a été dédiée à des questions relatives à la valorisation des savoirs techniques nécessaires à l’élaboration d’une thèse de doctorat, ainsi que des enjeux de légitimité potentiels, au sein d’une discipline universitaire d’abord, mais aussi d’un champ professionnel ou de projets associatifs. Deux doctorants sont ainsi venus nous présenter leur parcours de thèse : entre recherche, contributions associatives, création de logiciels et de formes artistiques.

***

La recherche art-science : un pari nécessaire ?

Faire valoir une pratique artistique dans une université peut s’avérer délicat, de même qu’avoir une pratique de recherche au sein d’institutions culturelles n’est pas aisé. Se pose des problèmes de légitimité qui soulignent l’importance de savoir parfois discriminer ces deux activités : le travail théorique d’une part et le travail artistique de l’autre. Paradoxalement, le travail artistique peut également être une plus-value pour l’université et, à l’inverse, un profil scientifique est légitimant dans le monde de l’art.

Donatien Aubert s’intéresse dans sa thèse aux « nouvelles topiques digitales », notamment à travers une réactualisation des arts de la mémoire, ces mnémotechniques qui remontent à l’Antiquité Grecque. Ainsi, la légende de Simonide de Céos développe l’idée d’une mémoire dite artificielle, où il s’agit d’appuyer les processus de mémorisation en imaginant des lieux tridimensionnels, familiers ou non, dans lesquels des images sont placées dans des lieux particuliers, parcourus mentalement. Tout au long du Moyen-Âge puis de la Renaissance, les arts de mémoire ont servi à penser la structure de l’esprit humain. Mais au milieu du XXe siècle, un basculement s’opère aux Etats-Unis : les théories behavioristes soulignent une limite des observations à l’étude du corps des patients dans une optique mécaniste. Dans ce cadre, la conscience du sujet est mise de côté, dans une conception la comparant à une « boîte noire ». Donatien souligne combien travailler avec le numérique implique de prendre en considération ces déploiements historiques et de renouveler des questions anciennes comme la question de la conscience ou de la mémoire.

De façon générale, les artistes numériques ont recours à une épistémologie qui ne leur est pas familière. De la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’en 1950, la tendance était à la mise en valeur de l’individualité de l’artiste, puis à partir du milieu du XXe siècle émerge l’idée que les arts numériques permettraient de favoriser la participation du public. Pour exemple, il est possible de mentionner les œuvres numérico-mécanique qui fleurissent dès 1950 ou encore, maintenant, avec la réalité virtuelle.

Donation finit son intervenation autour de ce souci de transdisciplinarité, qui peut s’avérer un enjeu fort en terme de posture de recherche :

  • La maîtrise autant de l’aspect théorique et de la programmation informatique dans une œuvre numérique constitue un avantage puisque cela permet de déployer le projet par soi-même.
  • Le fait de puiser dans des champs disciplinaires ne relevant pas du domaine artistique ou esthétique à proprement parler, permet de nourrir une réflexion sur le numérique et ses enjeux économiques et politiques.
  • Puisque le numérique – en tant que champ scientifique et universitaire – mobilise des épistémologies différentes de celles auxquelles les artistes sont habitués, il semble nécessaire, pour les artistes, de connaître ces développements historiques des technologies numériques. La cybernétique par exemple peut être vue comme une réunion de plusieurs épistémologies avec un souci de transdisciplinarité (dont Norbert Wiener est un fervent défenseur).
  • L’artiste a un rôle éthique à jouer quant au domaine d’application des technologies numérique par la remise en cause de certaines implications anthropologiques.

***

Hack Your PhD : Explorations numériques en recherche

Célya Gruson-Daniel souligne elle aussi l’importance des différentes casquettes et différentes affiliations qui ont marquées son parcours de thèse. Le numérique s’avère être un concept flottant. Il peut être un terrain, un objet de recherche, un outil d’analyse, un outil de computation, un outil de communication, un objet de revendication et de mobilisation (neutralité du web par exemple). Sa thèse analyse la notion de l’open en science aujourd’hui, et des discours qui lui sont associés dans une reconfiguration des régimes de savoirs. Cette thèse s’est effectuée entre l’UTC et l’Université de Laval avec pour objet de recherche central les discours et conception OPEN en SIC et STS.

Après un parcours en biologie et en sciences cognitives et expérimentales, Célya Gruson-Daniel s’engage dans une thèse en sciences sociales. Mais avant de débuter son doctorat, elle co-fonde l’association HackYourPHD, un espace collectif de rencontre et d’expérimentation. Cette association a pour origine un fossé entre son idéal de recherche et ses études précédentes, alliée à un goût personnel pour le milieu associatif. C’est aussi une forme de réponse de jeunes chercheurs par rapport un blocage dans le monde académique afin de pouvoir discuter de leur pratique quotidienne. HackYourPHD est un vivier avec un parti-pris fort et activiste en science autour de l’open dont témoigne la publication d’un manifesto affirmant la nécessité d’ouvrir les publications scientifiques, mais aussi les données.

Le « Hack » présent dans le nom de l’association renvoie à une culture informatique, avec cette idée de détournement, de trouver des chemins alternatifs. C’est donc la question des pratiques, de la diffusion, de la transmission mais aussi des formats ou de l’initiation informatique (comme savoir coder en Python). Cette thématique de l’Open Access charrie beaucoup de conflits, et notamment en Sciences Humaines et Sociales, et plus particulièrement en France.

Pourquoi tant de conflit sur l’Open entre des militants, des mouvements comme Savoirs Communs et des institutions ? Pour répondre à cette interrogation fondamentale au sein de ses travaux de recherche, Célya Gruson-Daniel construit une posture de recherche particulière, revendiquant l’approche par « théorisation ancrée ». Cette approche est un appui de positionnement qui justifie une immersion sur le temps long dans les domaines liés à l’Open Access, dans l’optique de comprendre ce phénomène.

La posture de recherche met ainsi en valeur :

  • Une pratique d’immersion dans une approche d’ « ethnographie numérique » (ayant pour terrain la consultation République Numérique),
  • Un outillage de la recherche par le numérique, avec un regard critique et meta.
  • Une collaboration en binôme avec une ingénieure de recherche.
  • Une mise en ligne du code utilisé sur GitHub dans la création d’une cartographie, pour faciliter aussi la diffusion des connaissances. Il s’agit non pas juste de montrer une cartographie, mais montrer les seuils, les processus de construction.
  • Une chronologie constituée avec Zotero. Toutes les sources étant partagée en ligne et libre d’accès.
  • Un souci personnel de partage de ses citations personnelles et de son journal de bord, sous la forme d’un blog sur Tumblr.
  • Une utilisation des réseaux sociaux (Twitter)

***

En conclusion :

  • Le numérique peut être investi de façon très créatrice et très émancipatrice.
  • Il y a une exigence supplémentaire dans le fait de passer d’une discipline à l’autre. On note l’importance de se dire et de se positionner. Une réflexivité, quand on est en parcours de thèse et qu’on rencontre certains blocages institutionnels, invite parfois à des formes d’initiative.
  • Se posent aussi des questions quant à la mise en visibilité du travail caché de la thèse. Comment faire apparaître – dans la thèse ou dans l’espace institutionnel – du travail collectif ou du travail d’alliance invisibilisé dans le corps même de la thèse ?